Hip-hop... Exposez votre art !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le paradoxe du principe de tolérance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Le paradoxe du principe de tolérance   Sam 25 Fév 2012 - 0:51

La tolérance que l'on remarque et que l'on loue souvent chez les grands hommes n'est toujours que le résultat du plus profond mépris pour le reste des humains : lorsqu'un grand esprit est tout à fait pénétré de ce mépris, il cesse de considérer les hommes comme ses semblables, et d'exiger d'eux ce qu'on exige de ses semblables. Il est alors aussi tolérant envers eux qu'envers tous les autres animaux, auxquels nous n'avons pas à reprocher leur déraison et leur bestialité.
Arthur Schopenhauer


N'y a t-il pas un paradoxe à parler de tolérance envers telle ou telle communauté, telle ou telle personne, ect.......car finalement, parler de tolérance, ne revient il pas à dire que l'on se place, en tolérant l'autre, à un niveau superieur à lui, comme si finalement on l'accepte par pure bonté, ou pas pitié, ou par gentillesse, mais sans l'accepter fondamentalement. Ce qui revient à dire qu'il serait possible finalement un jour ou l'autre, de ne plus vouloir être tolérant, donc de ne plus avoir envers l'objet ou l'humain toléré, les mêmes égards qu'auparavant....

Y a t-il donc un sens à parler de tolérance lorsque l'on parle des affaires humaines?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hacheur




Masculin
Messages : 10222
Groupe : Psychovore
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Sam 25 Fév 2012 - 7:26

Comme tu viens de le dire,ce sens n'est que superficiel.c'est sans doute la même façon d'aimer que les animaux.car tolérer ne veut pas dire acccepter avec le cœur mais faire semblant pour ne pas avoir de problème c'est différent...

Travaille l'emphatie et pas la tolérance et tu deviendras plus qu'un homme,tu seras dieu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Sam 25 Fév 2012 - 10:09

L'empathie est du domaine de l'émotion, la tolérance est du domaine de la raison.....bien que les deux s'entremêlent aujourd'hui, car les gens jugent de ce qui est tolérable ou non suivant à la fois s'il y a danger ou non, on parlerait alors de pragmatisme, mais aussi suivant l'émotion qui susciterait le rejet de telle ou telle catégorie...c'est l'empathie effectivement.

Pourrions nous tolérer les pédophiles? Emotionnellement, je suis sûr qu'il y a des gens qui le pourraient, en se mettant à leur place et en acceptant l'idée que ce n'est pas de leur faute...ce que je crois, puisque personne ne rêve à mon avis d'être pédophile s'il ne l'est pas, mais en tolérant cela, nous accepterions l'idée que les enfants soient en danger.......or qui pourrait accepter que son enfant cours le risque d'être agréssé? Mais le mot tolérance ici a t-il un sens......devrions nous pas plutôt parler d'acceptation ou non.....dans la mesure ou une chose n'est pas à demi mesure......soit elle est acceptée, soit elle ne l'est pas.....si elle est, alors il ne faut pas parler de tolérance, mais d'élément faisant partie intégrante de notre réalité.......et pour ce que nous refuserions, de déni de la réalité.....dans le sens que nous n'acceptons pas ce qui de toute manière existe quoi qu'on ne le veuille pas.

Mais je me demande si ce n'est pas cela le problème fonfamentale en fait, car dire d'une chose qu'on ne l'accepte pas, c'est finalement rejeté "ce qui est"...et il me semble que, si c'est moins le cas aujourd'hui, hier, les gens ne pouvaient admettre que les choses intolérables puissent faire partie de la réalité, au même titre que tout le reste.......c'était donc pour eux, et notammement les théologiens, une manière de réduire le problème de la réalité de la vie à des exceptions qu'ils prétendaient pourvoir annihiler par le biais du bûcher.

C'est un exemple parmis d'autres, mais finalement, n'est ce pas le mot tolérance qui est de trop........acceptation ou réalité ne devrait il pas le remplacer......car de toute manière, ce que l'on tolère, ce n'est ni plus ni moins que des éléments de la réalité......puisque pour tolérer quelque chose, il faut nécéssairement que cela existe....soit en idée, soit en pratique....on peut par exemple tolérer une autre religion que la notre (idéologie), ou on peut tolérer d'autres pratiques de vie que la notre.(aspect pratique)......

D'ailleurs, pour qu'il y ait tolérance, il fauit nécéssairement qu'il y ait référence....car à partir de quoi peut on décider de ce qui peut être toléré ou non? Beaucoup le font par rapport à des idéaux personnels ou dogmatiques, d'autres selon l'aspect pratique et nécéssaire, comme pour l'exemple des pédophiles cité plus haut.......


Dernière édition par Shaolin le Sam 25 Fév 2012 - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hacheur




Masculin
Messages : 10222
Groupe : Psychovore
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Sam 25 Fév 2012 - 10:20

On peut comprendre les autres en se mettant a leur place, comme dans la peau d'un pédophile.et voir qu'au final il n'est pas entièrement responsable de se qui lui arrive.

Mais on ne doit pas causionner qu'il ne comprenne a son tour ce qui lui arrive et qu'il ne veuille pas lever ne serais ce que le petit doigt pour s'en sortir et changer...

Car ici bas tout nous est permis.On peut tout faire a une condition, c'est de ne pas nuire a son prochain..c'est tout ce que la loi qui est au dessus des lois demande...mais pour faire cela faut il deja avoir la connaissance du bien et du mal....la sagesse et ça ça ne de trouve pas dans une pochette surprise ou dans un livre,ça s'analyse et ça se réfléchit du matin au soir....restons comme des enfants,toujours en quête de découverte pour évoluer...car etre adulte n'est pas une finalité.si nous le croyons nous nous condamnons a rester des animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Sam 25 Fév 2012 - 10:28

@hacheur a écrit:
On peut comprendre les autres en se mettant a leur place, comme dans la peau d'un pédophile.et voir qu'au final il n'est pas entièrement responsable de se qui lui arrive.

Mais on ne doit pas causionner qu'il ne comprenne a son tour ce qui lui arrive et qu'il ne veuille pas lever ne serais ce que le petit doigt pour s'en sortir et changer...

Car ici bas tout nous est permis.On peut tout faire a une condition, c'est de ne pas nuire a son prochain..c'est tout ce que la loi qui est au dessus des lois demande...mais pour faire cela faut il deja avoir la connaissance du bien et du mal....la sagesse et ça ça ne de trouve pas dans une pochette surprise ou dans un livre,ça d'analyse et ça se réfléchit du matin au soir....

Ouai peut être, mais pendant que les gens réfléchissent à cela, le monde et le temps ne s'arrête pas.....la nécéssité de la vie fait que la connaissance se trouve et s'apprend au fur et à mesure que les gens vivent......et comme tout le monde n'est pas forcément doué d'un esprit superieur, il est et il était inévitable que nous en soyons là où en sommes.....et de toute manière comment pourrions nous penser le monde autrement que ce que la réalité nous indique....les croisades, les guerres de religions, la shoa, les génocides, les petits larcins, la haine, le refus de voir les évidences pour des questions dogmatiques et d'orgueil....bref, je ne vais pas énumérer toutes les causes de ce qui a depuis toujours était vecteur de folie et de destruction, de peine et d'injustice (si le mot justice a réellement un sens finalement).

Je ne voudrais pas qu'on se focalise principalement sur un exemple donné, mais il me semble que changer ce n'est pas en claquant des doigts, et que la tentation et souvent plus forte que l'idée qu'on peut se faire des choses.....suffit de regarder la société pour s'en convaincre....que ce soit pour la pédophilie, mais toutes les autres choses, jeux d'argent qui niquent des familles, alcool, sexe, passions, meurtres passionnels, ect......

Autant de raison de penser que ce monde finalement fonctionne avec tout et son contraire, et que les bonnes intentions ne sont finalement qu'une méthode pour se protéger, des arguments pour mettre en place un protectorat contre ce que nous refusons, mais ce que nous refusons, ce n'est ni plus ni moins que la réalité elle même, or qu'est ce que la réalité si ce n'est ce que l'on constate chaque jour......pourquoi les idéaux positivistes auraient quelconques superiorités aux idéaux négatifs....pourquoi les gens qui rejettent la guerre sont souvent vue comme des sages où des bienveillants, alors que ceux qui justifient les raisons de la guerre sont vus comme des méchants......la guerre ne fait elle pas partie de la nécéssité sur terre? Il faut bien se défendre, et pour se défendre, il faut nécéssairement quelqu'un contre qui se défendre.......ou soit attaquer, mais la encore il faut nécéssairement quelqu'un à attaquer....si nous ne le faisions pas, nous serions bouffé à toutes les sauces de ceux qui n'auraient pas la même sagesse que nous, d'accepter les autres et leur laisser l'occasion de vivre selon comment ils veulent le faire....

Même les plus grands pacifistes ont changés d'avis à un moment donné, ayant bien vu que la parole, si elle est receptive aux gens doués de raisons, ne suffit pas à éliminer toutes les formes de violences et de volonté de nuire pour s'imposer.

Ton dscours ne me gène pas en soi, car qui n'aimerait pas un monde différent de celui ci, qui n'aurait pas aimé un monde qui dès le départ, aurait été parfait? Mais nous sommes malheureusement obligé de constater que si un jour le genre humain atteint la perfection, il aura nécéssairement fallu passé par l'étape de la souffrance, de la perte, de l'injustice, de l'inégalité, de la haine, ect......En gros, la perfection serait une victoire à la Pyrrhus*....quelle réjouissance pourrons nous tirer d'un tel résultat, lorsque le bilan des pertes sera comptabilisé.....

* Une victoire à la Pyrrhus est une victoire avec un coût dévastateur pour le vainqueur. L'expression est une allusion au roi Pyrrhus Ier d'Épire, dont l'armée souffrit de pertes irremplaçables quand il défit les Romains pendant sa guerre en Italie à la bataille d'Héraclée en 280 av. J.-C. et à celle d'Ausculum en 279 av. J.-C.


Par contre on s'éloigne du sujet là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hacheur




Masculin
Messages : 10222
Groupe : Psychovore
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Dim 26 Fév 2012 - 10:05

Le monde tu dois le voir qu'à travers toi. Si tu changes ta conscience tu le verras differement.

Le positif n'est pas supérieur au négatif.ils sont de même nature.

Le bien et le mal,Le chaud et le froid, la peur et le courage, l'amour et la haine,etc...sont sur la même échelle , il n'y a que des degrés qui les sépare.
Le but n'est pas de rejoindre un camps mais d'être neutre, de savoir quand utiliser l'un comme l'autre.
La et la seulement se situe l'une des clefs de la sagesse.
Et contre l'homme sage aucune arme ne peut se lever car la sagesse le savoir a tout pouvoir sur l'ignorant et son désir de haine.
Mais les changement que tu attends ne peuvent etre visible dans le monde.car le combat ne se joue pas a l'extérieur de ta personne mais en toi.et croit moi je sais de quoi je parle...


Le bien sans le mal n'existerait pas et inversement...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Dim 26 Fév 2012 - 15:13

@hacheur a écrit:
Le monde tu dois le voir qu'à travers toi. Si tu changes ta conscience tu le verras differement.

Le positif n'est pas supérieur au négatif.ils sont de même nature.

Le bien et le mal,Le chaud et le froid, la peur et le courage, l'amour et la haine,etc...sont sur la même échelle , il n'y a que des degrés qui les sépare.
Le but n'est pas de rejoindre un camps mais d'être neutre, de savoir quand utiliser l'un comme l'autre.
La et la seulement se situe l'une des clefs de la sagesse.
Et contre l'homme sage aucune arme ne peut se lever car la sagesse le savoir a tout pouvoir sur l'ignorant et son désir de haine.
Mais les changement que tu attends ne peuvent etre visible dans le monde.car le combat ne se joue pas a l'extérieur de ta personne mais en toi.et croit moi je sais de quoi je parle...


Le bien sans le mal n'existerait pas et inversement...


Il n'y a peut être pas de bien et de mal, mais simplement des rapports entre les choses et les gens que NOUS mêmes nous définssions comme bien et mal selon la manière dont on est affécté.....

En 39 tu aurais pu aussi tenir ce discours là, celà n'aurait rien empêché.....bon bien sûr dire cela est absurde puisque là je traspose une situation présente (ton discours) à une situation dont on sait comment elle s'est finie.......

Je doute que les philosophes grecs et autres qui sont morts parce que justement ils étaient hors système soient de ton avis...ils sont bel et bien mort quoi que leur discours fut aussi précis et intéréssant qu'on ait pu le penser....

Et bien si comme tu le dis les changements ne peuvent être visibles, cela veut dire que soit tout le monde est réellement sage, mais chacun jour un rôle de méchant en collectivité, soit tout le monde est un salaud et quelqu'uns sont sages seulement......ce qui d'une manière ou d'une autre fait de notre monde un nid à embrouille nécéssairement....ce qui finalement rejoint mon message précédent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hacheur




Masculin
Messages : 10222
Groupe : Psychovore
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Dim 26 Fév 2012 - 16:21

Nous ne réfléchissons pas sur les même plans, là est notre différence...nous ne pouvons nous comprendre...c'est d'ailleurs pour cela qu'ici ils te comprennent tous et pas moi.car vous avez la même logique.
Mais dit toi bien que le savoir n'a jamais était du coté de la masse...
Moi a ta place je trouverais bizarre qu'un " ignorant" soit d'accord avec moi.car ça voudrait dire que je suis comme lui.
la loi est simple mais compliqué pour celui qui ne voit pas...
L'évidence reste caché aux yeux de celui qui ne veut pas réellement voir...
si je parle comme yoda et pas comme un philosophe mort c'est que j'ai compris que,

"vis comme si tu devais mourir demain,apprends comme si tu devais vivre toujours"

Gandhi

Le format mal bien dans lequel tu es enfermé ne te permet pas de me comprendre...discuter et rediscuter ne servirait a rien je viens de te donner la clef et les 1% ,maintenant c'est a toi de comprendre et d'accomplir les autres 99%.la balle est dans ton camps...ce n'est pas moi qui convaint mais ta volonté.maintenant fait honneur au nom de ton avatar et médite...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Lun 27 Fév 2012 - 0:42

Ouai mais ça tu le sors tout le temps, mais ce que tu dis là n'a plus rien à voir avec la réalité, puisque la réalité tout le monde peut la constater et elle est ce qu'elle est, c'est de ça que je parle, pas de ce que les phrases peuvent vouloir dire.

Faudrai peut être qu'au lieu de dire que personne ne pense comme toi, ect......comme d'hab.....plutôt que tu dises sur quel plan tu te places, à condition évidement que ça reste dans le cadre de la discution...sinon il n'y aucune utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le paradoxe du principe de tolérance   Aujourd'hui à 5:12

Revenir en haut Aller en bas
 

Le paradoxe du principe de tolérance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le paradoxe du temps qui passe...
» EP oui ! mais quand ? Un paradoxe temporel
» Jam Night - Lachute, Terrebonne, Répentigny, Mtl...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.: Rap Battle :. :: Discussions diverses :: Info & Réflexion :: Philosophie-