Hip-hop... Exposez votre art !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Citations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35, 36, 37, 38  Suivant
AuteurMessage
.:: CàmisOle ::.




Masculin
Messages : 21135
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Citations   Dim 12 Juin 2016 - 23:00

Merci ! Je lis ça prochainement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shotgun




Masculin
Messages : 5092
Age : 21
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Citations   Dim 12 Juin 2016 - 23:22

Même chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halogène




Masculin
Messages : 10207
Age : 24
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 8:56

Deux moines qui marchaient de village en village. Ils rencontrèrent une jeune fille assise au bord d’une rivière, et qui pleurait. L’un des moines s’approcha d’elle et lui dit : « Pourquoi pleurez-vous, ma soeur ? » Elle répondit : « Vous voyez cette maison sur l’autre rive ? Ce matin j’ai traversé facilement la rivière à pied, maintenant elle a enflé, je ne peux pas rentrer chez moi, il n’y a pas de barque. - Qu’à cela ne tienne », répondit le moine. Il la prit sur ses épaules et la déposa sur l’autre rive. Or, deux heures après qu’ils eurent repris leur chemin, l’autre moine lui dit : « Frère, nous avons fait le voeu de ne pas toucher une femme. Tu as commis un péché terrible. N’as-tu pas éprouvé un plaisir, une intense sensation en touchant cette femme ? - Eh quoi ! repartit le premier, je l’ai laissée il y a deux heures ; tu la portes encore, n’est-ce pas ? »

k
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shotgun




Masculin
Messages : 5092
Age : 21
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 9:58

Joli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shad Les Cris 20




Masculin
Messages : 9588
Date d'inscription : 14/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 12:20

Mouais vite fait, s'il lui avait dit sur le coup sa aurait pas marcher lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shotgun




Masculin
Messages : 5092
Age : 21
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 13:25

C'est plus la réflexion sur le péché de luxure que la mise en scène qui compte il me semble
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halogène




Masculin
Messages : 10207
Age : 24
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 16:56

En même sur l'homme qui reste bloqué au pécher passer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halogène




Masculin
Messages : 10207
Age : 24
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 16:57

Bientôt finis raison de la colère vraiment de la bombe,sinon marcaurele ya un passage que j'aime bien j'me posterai a locaz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shotgun




Masculin
Messages : 5092
Age : 21
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 21:06

@Halogène a écrit:
Bientôt finis raison de la colère vraiment de la bombe

Ah cool que ça te plaise, une fois arrivé à la fin tu vas encore plus aimer tant elle est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shad Les Cris 20




Masculin
Messages : 9588
Date d'inscription : 14/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 16 Juin 2016 - 21:18

@Shad Les Cris 20 a écrit:
Mouais vite fait, s'il lui avait dit sur le coup sa aurait pas marcher lol

Ouais mais vu que c'est aussi simplement démontable c'est moins percutant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.:: CàmisOle ::.




Masculin
Messages : 21135
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Citations   Sam 18 Juin 2016 - 23:32

Puissant !

« Si dans notre langage populaire on dit « travailler comme un nègre », en Amérique du Sud en revanche on dit « fainéant comme un Indien ». [...]
C’est ce qui frappa, sans ambiguïté, les premiers observateurs européens des Indiens du Brésil.
Grande était leur réprobation à constater que des gaillards pleins de santé préféraient s’attifer comme des femmes de peintures et de plumes au lieu de transpirer sur leurs jardins.
Gens donc qui ignoraient délibérément qu’il faut gagner son pain à la sueur de son front.
C’en était trop, et cela ne dura pas: on mit rapidement les Indiens au travail, et ils en périrent.
[...]
Les Indiens ne consacraient effectivement que peu de temps à ce que l’on appelle le travail.
Et ils ne mouraient pas de faim néanmoins.
Les chroniques de l’époque sont unanimes à décrire la belle apparence des adultes, la bonne santé des nombreux enfants, l’abondance et la variété des ressources alimentaires.
Par conséquent, l’économie de subsistance qui était celle des tribus indiennes n’impliquait nullement la recherche angoissée, à temps complet, de la nourriture.
Donc une économie de subsistance est compatible avec une considérable limitation du temps consacré aux activités productives. »
Pierre Clastres, La Société Contre l'État, 1974

« Dans la communauté originelle, l'intensité du travail est inversement proportionnelle à la quantité de forces productives disponibles. »
Marshall Sahlins, Âge de Pierre, Âge d'Abondance, 1974

« L'Esquimau dort beaucoup, plus l'hiver que l'été, si l'on considère que la moitié de son existence se passe à sommeiller, à somnoler.
L'autre moitié seulement se répartit ainsi: un tiers en polârs (visites), un tiers en déplacements vers les lieux de chasse, un tiers seulement en chasse proprement dite.
Paresse, marque de sagesse; c'est ainsi que la communauté se protège physiquement contre le harassement d'une vie dure.
[...] Seuls les jeunes gens font naturellement exception à ce rythme de vie balancée: une grosse partie de leur temps est saisonnièrement occupée par leur élan sexuel; le printemps et l'été, ils courent les filles qu'ils guettent d'un hameau à l'autre sous les motifs les plus divers: prétextes de chasseur. »
Jean Malaurie, Les Derniers rois de Thulé, 1955

« Ce qui nous importe, ce n'est pas le mode de vie des primitifs, l'image du bonheur dans la simplicité, l'innocence...
L'étude des primitifs nous montre ce que peut être une certaine forme d'équilibre et d'harmonie sociale, ce que peut être l'adaptation et l'utilisation par l'homme de son milieu, ce que peut être une abondance qui ne soit pas la richesse capitaliste, ce que peut être un homme qui ne soit pas l'homme économique.
Tout cela ne peut se ramener à une question de niveau technique plus ou moins réduit ou de besoins plus ou moins limités.
Notre point de vue est d'abord historique et il voit dans le communisme primitif comme dans le communisme supérieur deux moments à la fois distincts et proches de l'évolution humaine. »
La Guerre Sociale N°1, 1977

« Comme l'a montré Marx, on ne peut expliquer le développement du capitalisme par l'appât du gain.
C'est l'inverse qui est vrai.
Les notions de profit ou de rente foncière n'expliquent pas la marche du système.
Ce sont les catégories à travers lesquelles les classes dirigeantes prennent conscience des nécessités économiques et sont poussées à agir.
Contrairement aux humanistes de gôche qui voient ou affectent de voir dans le profit leur grand ennemi, les révolutionnaires ne se laissent pas illusionner.
[...] Que l'on s'en prenne au profit!
Mais alors que l'on s'en prenne aussi à l'ensemble d'une société où c'est la vie même de l'homme qui est devenue marchandise. »
Un monde sans argent: Le Communisme, 1976

« La lutte contre le travail est un soulèvement anti-économique et anti-politique contre la dictature de l'abstraction valeur qui a fétichisé l'activité humaine pour la réduire en force de travail sans se préoccuper de son contenu devenu ainsi totalement antinomique aux besoins et à la volonté des êtres humains, transmutés dès lors en simples dépenses indistinctes de force de travail abstraite.
Le concept de « travail » est simplement l'expression de la dénomination marchande qui renvoie à l'« activité humaine asservie ».

Le travail est l'activité des hommes asservis au non-humain et si ces derniers ont fini par passer à la production pour un marché mondial, ils ne l'ont pas fait de leur plein gré.
Il a fallu des siècles de violence monétaire, fiscale et militaire pour les faire partir de leurs terres ancestrales confisquées et les amener peu à peu dans les concentrations urbaines de la modernité industrielle où l'impérialisme du travail de l'argent a fini par universaliser la dynamique de ses contraintes.

L'histoire du langage dit les non-dits du langage de l'histoire et l'étymologie en signale parfaitement les évolutions, les formations, les origines, les racines et la source.
Ainsi, le mot « travail » qui provient du mot latin « tripalium » signifie « instrument de torture, de tourments et de souffrance ».
De même, l'on se souviendra que le labeur vient de « labor » qui équivaut à « peine, travail, pénibilité et douleur ».
Par conséquent, le mot « travail » qui ne désigne en fait que la forme bien particularisée de l'activité humaine aliénée dans l'indistinction marchande universelle, exprime aujourd'hui pour « tout le monde » le simple équivalent d'« activité » puisque pour le spectacle hypnotique de la dictature démocratique du marché, le travail est effectivement devenu dans la réalité de l'activité sociale, la totalité de l'activité de toute réalité.
Désormais, « agir » ne signifie plus autre chose que « travailler » dans la mesure indistincte où « être actif » se comprend exclusivement comme « être travailleur », c'est-à-dire d'une bonne productivité pour le rendement et l'amortissement de la raison marchande.

Le triomphe du capital a aujourd'hui universalisé l'envahissement du travail en en faisant sous son aspect salarié, le rapport primordial de la planète.
Ainsi, aujourd'hui, en étant l'unique possibilité de survie sociale de l'immense multitude des êtres dés-humanisés, la forme « travail » est devenue la seule manière d'exister pour l'humanité prolétarisée.

L'abolition du travail ne peut s'exprimer que sous la forme anti-politique de l'auto-émancipation humaine à qui revient la tâche historique d'affranchir les êtres humains du travail et de solutionner définitivement tous les antagonismes qui en résultent et qui opposent l'homme et la nature, l'homme et l'homme, l'espèce et l'individu, l'activité et la jouissance.
En même temps qu'elle organisera la suppression du travail, la communauté humaine supprimera l'organisation des loisirs en tant que complément indispensable du travail car le loisir n'est rien d'autre que la temporalité exutoire donnée à l'humanité prolétarisée pour refaire l'opium spectaculaire de ce qui reproduit sa force de travail.
En ce sens, le communisme universel n'aura rien à voir avec une quelconque société des loisirs, simple idéalisation du pôle « positif » du système présent.
À la séparation travail/loisirs propre au spectacle de la modernité sociale, le communisme opposera l'activité vitale générique qui est jouissance de l'être non-séparé.
Dans le communisme primitif des chasseurs-cueilleurs, le mot activité désignait tout à la fois ce que le spectacle de l'indistinction appelle dorénavant et différemment travail et jeu, selon les nécessités complémentaires d'occupation des tâches aliénatoire du temps de la marchandise.
De la même manière, le communisme supprimera donc les oppositions entre temps de travail et temps de loisir, entre vraie servitude et fausse indépendance puisqu'il éradiquera toutes les pratiques séparantes du mensonge de l'indistinction.

Aussi longtemps que les hommes existeront, il leur faudra bien sûr produire leur nourriture, leurs vêtements et leurs demeures pendant qu'ils éduqueront leurs enfants, élaboreront de la musique, écriront et donneront naissance à beaucoup d'autres activités...
Tout cela est classique et n'a rien d'original puisque c'est finalement et banalement la simple et élémentaire nécessité de vie.
Ce qui en revanche est contradictoire à cette vie nécessaire c'est que l'activité humaine ait été historiquement confisquée par la valeur d'échange pour être aliénatoirement convertie en force de travail, sans lien aucun avec quelque signification distincte que ce soit et ce tout à fait indépendamment des besoins humains réels et aux strictes fins de satisfaire les seuls besoins solvables érigés en dictature abstraite de la démocratie marchande.

Écoutons la vaste colère qui commence à monter et aidons là à aller au bout d’elle-même contre tous ceux qui entendent l’emprisonner dans la gestion optimisée du commerce enjolivé de l’obscurantisme scientifique des calculs éternels.
La merde du spectacle de l’économie politique est bien le monde dont il faut effectivement tout entier sortir…
Hors de la dictature démocratique du travail et du cosmopolitisme du négoce, la vraie vie de l’humain est décidément bien ailleurs… »
L'Internationale, pour un monde sans argent et sans État: Le Communisme Universel, 2016
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.B
Maître RBien
Maître RBien


Masculin
Messages : 4310
Age : 23
Groupe : •Fū®Yo-Tøk¥øït€•
Date d'inscription : 22/10/2012

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 2:05

Haha transmet au gens la page FB ce sera plus rapide pour les inciter a lire ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.:: CàmisOle ::.




Masculin
Messages : 21135
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 5:08

C'est Bhû, j'en ai déjà parlé mais je pense que la plupart s'en battent les noix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.B
Maître RBien
Maître RBien


Masculin
Messages : 4310
Age : 23
Groupe : •Fū®Yo-Tøk¥øït€•
Date d'inscription : 22/10/2012

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 6:15

Ouais je m'étais abonner a sa page quand t'en avais parler mais j'avoue parfois le type qui gère cette page casse un peut les couilles avec son patchworking moralisateur même si c'est intéressent et que j'ai appris des trucs .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halogène




Masculin
Messages : 10207
Age : 24
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 10:25

On se cherche des retraites à la campagne, à la mer et à la montagne; toi-même, tu as l'habitude de convoiter cela. Mais c'est parfaitement idiot puis qu’à tout moment on peut se retirer en soi-même.
Et nulle retraite n'offre plus de calme et moins de préoccupations que sa propre âme, surtout quand elle renferme des biens permettant de vivre d’emblée dans l'aisance- et par aisance, je n'entends rien d'autre qu'équilibre ou quiétude. Accorde-toi sans cesse cette retraite et régénère-toi. Mais adopte de ces devises concises et fondamentales qui,une fois trouvées, suffiront à chasser ton ennui et te renverront, apaisé, dans le monde. Qu'est-ce qui t'irrite ? la méchanceté des hommes ? Sache que les êtres raisonnables sont faits les uns pour les autres, que la patience est une partie de la justice, et qu'ils pèchent involontairement. Combien d'ailleurs, après s'être maudit, soupçonnés, haïs, battus, gisent maintenant réduits en poussière ? Alors, calme toi ! Tu es mécontent de ton lot ? Rappelle-toi l’alternative -une providence ou des atomes- l'analogie de l'univers avec une cité.
Ton corps te harcèle t-il ? dis-toi que la pensée ne se mêle pas au agitations douces ou violentes du souffle vital, une fois qu'elle s'est reprise et a compris son propre pouvoir; et pense à tout ce que tu as entendu et approuvé sur la peine et le plaisir. La gloriole t'attire encore ? Vois la rapidité de l'oubli général, l'abîme du temps infini, la vanité de la renommée, la versatilité et l'indécision de ceux qui ont l'air de t’acclamer et l'étroitesse de la sphère d'action. La terre entière n'est qu'un point et la partie habitée n'en est qu'un recoin. Et la, combien te loueront et lesquels ? Bref, souviens toi de la retraite que tu peux faire sur tes propres terres. Et surtout, ne sois ni tourmenté, ni tendu, mais libre; examine la situation en homme, en être humain, en citoyen et en mortel. Parmi t'es maximes de référence, qu'il y ait ces deux la: d'abord, les choses n’atteignent pas l'âme mais y restent extérieures, immobiles, les troubles ne proviennent que de l'opinion qu'elle s'en fait; ensuite, tout ce que tu vois va se transformer et n'existera plus. A combien de transformations as tu toi même déjà assisté ? Pense y sans cesse. Le monde n'est que changement, la vie n'est qu'opinion.

sympa, mais j'ai trouvé la vision de jacklondon plus intéressant sur les divers sujets que tu cite cami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tibbar




Masculin
Messages : 37592
Age : 26
Groupe : Admin
Date d'inscription : 22/02/2006

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 17:50

Passez-moi la page FB de la meuf qui lit dans le cœurs des gens ( ) et qui voit à travers nous avec une photo svp, j'aimerais bien la porter sur les épaules pour traverser des rivières, c'est excitant

J'adore les gens qui ont des pouvoirs ésotériques de voyance comme ça par Facebook, je pense qu'on pourrait la caser avec Hacheur qui arrive à faire croire à tout le monde qu'il est au dessus de toutes les consciences, ça ferait un beau couple de manipulateurs de faibles et de naïfs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=XDAbYVudWdE&list=PLpNbhQklR9
.:: CàmisOle ::.




Masculin
Messages : 21135
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 18:36

@N.B a écrit:
Ouais je m'étais abonner a sa page quand t'en avais parler mais j'avoue parfois le type qui gère cette page casse un peut les couilles avec son patchworking moralisateur même si c'est intéressent et que j'ai appris des trucs .

Je peux comprendre que le côté patchwork peut être gênant dans la forme. Après personnellement je trouve pas que ce soit spécialement moralisateur, mais je pense que c'est une question d'interprétations.

Sinon je pense que la page est aussi faite pour découvrir certains auteurs et certains livres donc c'est une façon de donner aux gens l'envie de lire et accessoirement de leur proposer une lecture du monde différente de celle qu'on a l'habitude de nous servir; donc chacun y réagit selon ses sensibilisés personnelles mais globalement c'est une bonne page je trouve

Peace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.:: CàmisOle ::.




Masculin
Messages : 21135
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Citations   Dim 19 Juin 2016 - 18:37

@Halogène a écrit:
On se cherche des retraites à la campagne, à la mer et à la montagne; toi-même, tu as l'habitude de convoiter cela. Mais c'est parfaitement idiot puis qu’à tout moment on peut se retirer en soi-même.
Et nulle retraite n'offre plus de calme et moins de préoccupations que sa propre âme, surtout quand elle renferme des biens permettant de vivre d’emblée dans l'aisance- et par aisance, je n'entends rien d'autre qu'équilibre ou quiétude. Accorde-toi sans cesse cette retraite et régénère-toi. Mais adopte de ces devises concises et fondamentales qui,une fois trouvées, suffiront à chasser ton ennui et te renverront, apaisé, dans le monde. Qu'est-ce qui t'irrite ? la méchanceté des hommes ? Sache que les êtres raisonnables sont faits les uns pour les autres, que la patience est une partie de la justice, et qu'ils pèchent involontairement. Combien d'ailleurs, après s'être maudit, soupçonnés, haïs, battus, gisent maintenant réduits en poussière ? Alors, calme toi ! Tu es mécontent de ton lot ? Rappelle-toi l’alternative -une providence ou des atomes- l'analogie de l'univers avec une cité.
Ton corps te harcèle t-il ? dis-toi que la pensée ne se mêle pas au agitations douces ou violentes du souffle vital, une fois qu'elle s'est reprise et a compris son propre pouvoir; et pense à tout ce que tu as entendu et approuvé sur la peine et le plaisir. La gloriole t'attire encore ? Vois la rapidité de l'oubli général, l'abîme du temps infini, la vanité de la renommée, la versatilité et l'indécision de ceux qui ont l'air de t’acclamer et l'étroitesse de la sphère d'action. La terre entière n'est qu'un point et la partie habitée n'en est qu'un recoin. Et la, combien te loueront et lesquels ? Bref, souviens toi de la retraite que tu peux faire sur tes propres terres. Et surtout, ne sois ni tourmenté, ni tendu, mais libre; examine la situation en homme, en être humain, en citoyen et en mortel. Parmi t'es maximes de référence, qu'il y ait ces deux la: d'abord, les choses n’atteignent pas l'âme mais y restent extérieures, immobiles, les troubles ne proviennent que de l'opinion qu'elle s'en fait; ensuite, tout ce que tu vois va se transformer et n'existera plus. A combien de transformations as tu toi même déjà assisté ? Pense y sans cesse. Le monde n'est que changement, la vie n'est qu'opinion.

sympa, mais j'ai trouvé la vision de jacklondon plus intéressant sur les divers sujets que tu cite cami

Lourd ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Halogène




Masculin
Messages : 10207
Age : 24
Date d'inscription : 07/09/2011

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 23 Juin 2016 - 12:27


Si tu plonges longtemps ton regard dans l'abîme, l'abîme te regarde aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.:: CàmisOle ::.




Masculin
Messages : 21135
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Citations   Jeu 23 Juin 2016 - 12:28

Mais ça abîme les yeux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Citations   Aujourd'hui à 3:28

Revenir en haut Aller en bas
 

Citations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 34 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35, 36, 37, 38  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les citations collector de V.S.
» citations ROCK
» Proverbes et citations
» Citations
» Rory's Quotes - Les citations de Rory

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.: Rap Battle :. :: Discussions diverses :: Info & Réflexion :: Philosophie-