Hip-hop... Exposez votre art !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le mal comme nécéssité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Le mal comme nécéssité...   Mar 1 Mar 2011 - 0:49

Le mal est il une nécéssité absolue dans notre système du monde?

En effet, lorsque l'on observe le regard qu'on les gens sur le monde, ils considèrent que d'un coté il y a le bien et de l'autre le mal....or, aucune conception ne peut se passer du négatif, en effet, que ce soit les religions ou bien la conception que ce font les gens du monde, il y a toujours cette différence entre le bien et le mal. Ainsi, les religions ne pouvant pas se passer d'un certain travail du négatif puisque le mal fait parti intégrante des religions, elles n'auraient aucune utilités et aucune justification si le mal n'était pas présent. Mais donc, s'il est necessaire qu'il y ait du mal sur terre pour que la notion de bien prenne sens dans les discours théologiques et que la religion soit justifiée, il faut nécéssairement que le mal puisse prendre forme, et ce mal ne peut avoir que deux origines, les hommes et la nature. Pour ce qui est de la nature, on va la laisser de coté car de toute façon elle est indépandante des actions des hommes malgré qu'elle puisse nous faire du mal. Pour ce qui est des actions des hommes, peut on imaginer un monde sans personne pour commettre du mal? en effet, cela n'aurait plus de sens vis à vis des religions puisque les religions ont besoin de ce travail du négatif (le mal, etc..) pour se justifier d'elles mêmes, et donc, partant de là, il est impossible que le monde soit sans mal, mais pour qu'il y ait du mal, il faut nécéssairement des hommes, et on en arrive alors à l'idée qu'il faut nécéssairement que des gens soit mauvais sur terre pour rendre conforme les systèmes religieux. Donc il y a forcément des gens qui devront servir de bouc émissaire afin d'endosser ce rôle. Mais ceux là sont ils alors vraiment responsables d'être ceux qu'ils sont? Ne servent ils pas simplement de paramètre dans un dessein divin, afin que "les bons" puissent dire qu'ils combattent le mal lorsqu'ils s'opposent justement à ces gens qui commettent des actes mauvais? Ne servent ils pas simplement de conteneur pour le mal contenu en eux, afin que les autres puisse observer ce qu'est le mal et pouvoir en prendre conscience?

Est ce que les systèmes religieux peuvent se satisfaire du monde sans l'hypothèse statistique d'un minimum de gens qui doivent nécéssairement être mauvais pour faire correspondre les écrits avec la réalité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.W.L




Masculin
Messages : 26362
Age : 22
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Le mal comme nécéssité...   Sam 26 Mar 2011 - 21:53

http://www.noelshack.com/up/aac/bideit_luckybide-a73bc19c10.swf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.powlonais75.skyblog.com
leconquistador
RBien
RBien


Masculin
Messages : 46
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Le mal comme nécéssité...   Dim 27 Mar 2011 - 1:57

@Shaolin a écrit:
Le mal est il une nécéssité absolue dans notre système du monde?

En effet, lorsque l'on observe le regard qu'on les gens sur le monde, ils considèrent que d'un coté il y a le bien et de l'autre le mal....or, aucune conception ne peut se passer du négatif, en effet, que ce soit les religions ou bien la conception que ce font les gens du monde, il y a toujours cette différence entre le bien et le mal. Ainsi, les religions ne pouvant pas se passer d'un certain travail du négatif puisque le mal fait parti intégrante des religions, elles n'auraient aucune utilités et aucune justification si le mal n'était pas présent. Mais donc, s'il est necessaire qu'il y ait du mal sur terre pour que la notion de bien prenne sens dans les discours théologiques et que la religion soit justifiée, il faut nécéssairement que le mal puisse prendre forme, et ce mal ne peut avoir que deux origines, les hommes et la nature. Pour ce qui est de la nature, on va la laisser de coté car de toute façon elle est indépandante des actions des hommes malgré qu'elle puisse nous faire du mal. Pour ce qui est des actions des hommes, peut on imaginer un monde sans personne pour commettre du mal? en effet, cela n'aurait plus de sens vis à vis des religions puisque les religions ont besoin de ce travail du négatif (le mal, etc..) pour se justifier d'elles mêmes, et donc, partant de là, il est impossible que le monde soit sans mal, mais pour qu'il y ait du mal, il faut nécéssairement des hommes, et on en arrive alors à l'idée qu'il faut nécéssairement que des gens soit mauvais sur terre pour rendre conforme les systèmes religieux. Donc il y a forcément des gens qui devront servir de bouc émissaire afin d'endosser ce rôle. Mais ceux là sont ils alors vraiment responsables d'être ceux qu'ils sont? Ne servent ils pas simplement de paramètre dans un dessein divin, afin que "les bons" puissent dire qu'ils combattent le mal lorsqu'ils s'opposent justement à ces gens qui commettent des actes mauvais? Ne servent ils pas simplement de conteneur pour le mal contenu en eux, afin que les autres puisse observer ce qu'est le mal et pouvoir en prendre conscience?

Est ce que les systèmes religieux peuvent se satisfaire du monde sans l'hypothèse statistique d'un minimum de gens qui doivent nécéssairement être mauvais pour faire correspondre les écrits avec la réalité?

Belle analyse ! A mon avis le mal est le principal fondement des religions...Sans lui, aucune religion n'aurait vu le jour. D'après les religions (Judaïsme, Christianisme, Islam), la raison de la naissance d'un prophète parmi un peuple plutôt qu'un autre, était due au fait que le mal y régnait beaucoup plus par rapport à d'autres lieux...Nous savons que ce sont les prophètes qui sont les principaux fondateurs des religions...Or si on suit ce raisonnement, on retombe dans ton constat (Shaolin) : pas de mal = pas de prophète, et pas de prophète = pas de religion. Donc, la condition nécessaire à l'existence des religions est bien évidemment l'existence du mal. Les religions affirment que le mal est dû aux œuvres du Satan (un autre être surnaturel invisible et puissant... ...) qui a été serviteur de Dieu et est ensuite devenu un traître, et que c'est ce Satan qui pousse les gens à commettre le mal...Cela pose un autre problème, puisque Dieu étant le Tout Puissant, il peut très bien éradiquer cet être satanique ! Le problème qui en résulte est que, en faisant cela, il n'y aurait plus de mal, donc plus de religions, et donc....pourquoi tout ça alors.......

Je pense que le mal et le bien sont justes des conceptions et règles définies par l'homme. C'est l'homme qui a définit les deux concepts : faire ça c'est du bien, et faire ça c'est le mal........ Les étoiles qui se transforment en trou noir, ou les explosions galactiques, ou des tremblements de terre, comparé à un lion qui bouffe les petits d'un autre, ou bien un type qui flingue un autre....Qu'est ce qui est bien ou mal dans tout ça ? D'un point de vue objectif, il n'y a aucune différence, le but commun étant la destruction...Globalement c'est l'homme qui a décidé de dire : c'est quoi le bien et c'est quoi le mal ! Ne saurait-il pas été possible d'avoir un monde où c'est l'inverse qui soit, c'est à dire on prend le bien comme le mal et le mal comme le bien ? Le mal (la destruction je préfère) est nécessaire pour construire, pour évoluer. Il suffit de voir les système défensifs du corps humain, où les cellules sont obligées de se bouffer entre elles, voire se suicider pour faire évoluer le corps. Est ce du bien ou du mal ? Les cellules bouffées diront que c'est mal (concept défini par l'homme) et l'homme qui possède le corps dira que c'est bien... ....Pour moi, le mal et le bien sont justes des concepts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaolin
Animateur
Infos & réflexions
Animateur Infos & réflexions


Masculin
Messages : 11093
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Le mal comme nécéssité...   Dim 27 Mar 2011 - 3:50

@leconquistador a écrit:

Belle analyse ! A mon avis le mal est le principal fondement des religions...Sans lui, aucune religion n'aurait vu le jour. D'après les religions (Judaïsme, Christianisme, Islam), la raison de la naissance d'un prophète parmi un peuple plutôt qu'un autre, était due au fait que le mal y régnait beaucoup plus par rapport à d'autres lieux...Nous savons que ce sont les prophètes qui sont les principaux fondateurs des religions...Or si on suit ce raisonnement, on retombe dans ton constat (Shaolin) : pas de mal = pas de prophète, et pas de prophète = pas de religion. Donc, la condition nécessaire à l'existence des religions est bien évidemment l'existence du mal. Les religions affirment que le mal est dû aux œuvres du Satan (un autre être surnaturel invisible et puissant... ...) qui a été serviteur de Dieu et est ensuite devenu un traître, et que c'est ce Satan qui pousse les gens à commettre le mal...Cela pose un autre problème, puisque Dieu étant le Tout Puissant, il peut très bien éradiquer cet être satanique ! Le problème qui en résulte est que, en faisant cela, il n'y aurait plus de mal, donc plus de religions, et donc....pourquoi tout ça alors.......

Le seul rempart à cela, c'est qu'ils disent (les adeptes de la théodicée) que dieu a laissé l'homme libre.....c'est le seul cheminement possible pour en arriver à dédouaner dieu du fait qu'il y ait le mal, car vu que dieu est totalement bon et tout puissant, comment expliquer le mal qui cause tant de peine? Il n'y a que deux solution, soit dieu est tout puissant mais il n'est pas totalement bon (ce qui explique le mal), soit il est totalement bon mais il n'est pas tout puissant (pour imposer le bien, donc ca explique le mal), mais vu que dieu est sencé être la bonté absolue et la puissance absolue, alors seule la liberté de l'homme dans ses choix et ses actions peut venir effacer ce paradoxe....mais bon pas forcément tout à fait car l'homme finalement est il libre? J'en doute, d'ailleurs dans un autre topic nous avons parlé de la conscience, et c'est justement là que le bas blesse, car si nous n'avons pas conscience, nous ne sommes pas connécté avec la réalité, et donc nous ne sommes pas libre. Bref je m'arrête là mais le problème n'est en rien résolu malgré les efforts de Saint Augustin.

@leconquistador a écrit:

Je pense que le mal et le bien sont justes des conceptions et règles définies par l'homme. C'est l'homme qui a définit les deux concepts : faire ça c'est du bien, et faire ça c'est le mal........ Les étoiles qui se transforment en trou noir, ou les explosions galactiques, ou des tremblements de terre, comparé à un lion qui bouffe les petits d'un autre, ou bien un type qui flingue un autre....Qu'est ce qui est bien ou mal dans tout ça ? D'un point de vue objectif, il n'y a aucune différence, le but commun étant la destruction...Globalement c'est l'homme qui a décidé de dire : c'est quoi le bien et c'est quoi le mal ! Ne saurait-il pas été possible d'avoir un monde où c'est l'inverse qui soit, c'est à dire on prend le bien comme le mal et le mal comme le bien ? Le mal (la destruction je préfère) est nécessaire pour construire, pour évoluer. Il suffit de voir les système défensifs du corps humain, où les cellules sont obligées de se bouffer entre elles, voire se suicider pour faire évoluer le corps. Est ce du bien ou du mal ? Les cellules bouffées diront que c'est mal (concept défini par l'homme) et l'homme qui possède le corps dira que c'est bien... ....Pour moi, le mal et le bien sont justes des concepts.

Bah disons que je partage ça, mais il faut quand même une référence pour pouvoir juger, même du bien et du mal en tant que concepts définis.........alors, si l'on regarde comment, de manière non exclusivement subjective, nous pourrions définir une référence pour juger, peut être pouvons nous prendre les ressentis, c'est à dire qu'une mère dont le fils serait mis à mort pour x raison, ressentira de la douleur dans la majorité des cas, peut être alors que la mise à mort de son fils n'est pas une chose bien puisque ça cause de la peine à la mère, or être en peine n'est pas un ressenti positif, mais une douleur personnelle....est ce que cette référence là pour servir pour juger? Mais alors, peut on mettre à mort un fils qui aurait lui même commis un meurtre? malgré la peine de la mère? Est ce que la subjectivité des êtres peut servir de référence pour juger de ce qui est bien ou mal?
Et quand bien même quelqu'un commettrait un meurtre, est ce que son état mental doit nous servir de référence pour juger?

Hier l'inquisition tuait les athés, les hérétiques et les "déviants", aujourd'hui on nous parle de compassion, de paix et de fraternité avec tous les êtres dans ces milieux (sauf chez les radicaux)...comment les choses ont elles pu passer d'un extrême à l'autre? Quelle référence les gens ont ils pris pour que ce changement ait lieu? Est ce la subjectivité des êtres? Est ce l'experience des gens, leur propre ressenti qui fait qu'ils prennent conscience de la douleur de l'autre? Au point d'en venir à considérer que l'autre, malgré ses différences peut souffrir aussi?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mal comme nécéssité...   Aujourd'hui à 21:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Le mal comme nécéssité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Heureux qui comme Régis a fait un beau voyage.
» Je vous déteste - Fais comme tu veux
» game in line(comme on dit là-bas)
» La musique...comme torture!
» Jouer comme Rory !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.: Rap Battle :. :: Discussions diverses :: Info & Réflexion :: Philosophie-